culture&sens


culture&sens est cité dans un article intitulé « PepsiCo cultive le bien-être de ses salariés » du numéro du 21 février de l’hebdomadaire des ressources humaines, Entreprises & Carrières. Cet article a été publié dans la rubrique « Pratiques », qui a pour vocation de mettre en avant les bonnes pratiques des entreprises. Il ressort notamment de cet article, reproduit in extenso ci-dessous, que selon la DRH de PepsiCo France, miser sur les salariés permet de créer une croissance durable.

Lire la suite

Doudous, cahiers d’enfance, chaussures démodées, moulins à café manuel, magnétoscope, walkman, dictionnaires des années 90 voire 80… Pourquoi certains individus ont-ils tendance à “tout” garder autrement dit pourquoi sont-ils amenés de façon récurrente à garder des objets encore utilisables alors qu’ils n’en ont plus l’utilité et qui ne valent pas, à leurs yeux, la peine d’être vendus ?

Lire la suite

Oui, à en croire Vincent Prolongeau, DG de Pepsico France, dans un reportage du 20h de TF1, diffusé le dimanche 13 novembre, et qui s’interroge sur le lien entre la qualité de vie au travail (et donc la politique RH) et la productivité. Le sujet s’ouvre d’ailleurs sur l’atelier de dessin que nous organisons une fois par mois chez Pepsico France, entreprise pour laquelle nous organisons des conférences, des ateliers et des formations et régulièrement classée aux premières places en France par Great Place to Work (encore n°1 du dernier palmarès). La phrase-clef de Vincent Prolongeau : « Si la personne sent qu’elle peut vivre dans toutes les dimensions de son être et bien nécessairement la performance économique s’en ressent. »

[flv]http://www.culture-sens.fr/wp-content/uploads/2011/11/TF1Pepsico.flv[/flv]

A l’heure où l’éventualité d’un classement de la gastronomie française au patrimoine mondial immatériel de l’humanité suscite de nombreuses polémiques, en France comme à l’étranger, la question de la généalogie de nos manières de tables se pose plus que jamais. La sanctuarisation de la cuisine française ne date pas d’hier ; et même si elle est aujourd’hui concurrencée sur le plan international par d’autres logiques patrimoniales (ainsi la Chine dispute-t-elle à la France au sein de l’UNESCO l’originalité et la diversité de son patrimoine culinaire), la cuisine fait clairement partie intégrante de l’arsenal identitaire de “l’exception culturelle” française. On pourrait néanmoins se demander si la crispation récente autour de cette procédure de classement inédite ne correspond pas à une déstabilisation en cours des modes de reproduction et de transmission des traditions culinaires.

Lire la suite

Nous sous-estimons souvent l’importance de l’olfaction dans notre vie de tous les jours. Culturellement, nous avons appris à considérer ce sens comme secondaire, certainement parce qu’il renvoie aux comportements animaux. Pourtant, l’olfaction est un sens essentiel chez l’être humain. La preuve en est qu’une part importante de notre génome (environ 5%) est exclusivement consacrée au système olfactif. Comprendre comment l’olfaction fonctionne, c’est décoder une partie de nos comportements. En effet, notre cerveau détecte en permanence les odeurs qui nous entourent (odeurs corporelles des personnes de notre entourage, odeurs des objets, des lieux, de l’environnement dans lequel nous vivons…). La plupart d’entre elles sont analysées inconsciemment et influencent, sans que nous le sachions, nos comportements.

Lire la suite

L’histoire des soins du corps se confond avec celle des civilisations. Chaque époque a mis au point ses propres règles d’hygiène, ses tabous et a cherché à inventer des façons de soulager le corps, du bain parfumé pris par le chevalier au retour de la croisade aux langueurs de la belle odalisque en son hammam. Tout se mêle dans cette longue histoire : d’un côté, ce que l’on n’appelait pas encore la santé, avec les principes d’hygiène et les découvertes de la médecine, de l’autre, la recherche du plaisir et de la beauté. Le bien-être s’est toujours situé à la rencontre de ces deux sphères, comme l’ont vite compris les défenseurs de la morale, inquiets que le plaisir puisse l’emporter sur l’hygiène, affolés par les tentations du bain. Car l’histoire du bien-être est aussi celle de notre rapport au corps, à la nudité, et elle implique des enjeux esthétiques, sociaux et religieux.

Lire la suite

Salariés cultivés, entreprises florissantes

Quand les outils et les solutions formatés s’essoufflent, un détour par l’art ou les sciences humaines aide à repenser la complexité du monde et à doper la capacité innovante des entreprises.

Culture commerciale, culture financière, culture du cash, culture d’entreprise ou « corporate », le mot culture est décliné à tous les niveaux de l’entreprise. Pour autant, qu’a-t-il à voir avec la culture générale ? « Compte tenu du prestige qu’on lui accorde, l’entreprise décline ce mot à toutes les sauces », constate Mohed Altrad, PDG du groupe Altrad (matériel d’échafaudage, 2.805 personnes). « On aurait toutefois tort de penser que culture économique et culture générale sont étrangères l’une à l’autre », poursuit ce patron, également auteur de quatre romans. La raison ? Par temps de crise, quand tout le monde s’appuie sur les mêmes techniques et des schémas de pensée similaires, la différence compétitive se joue sur la culture générale et l’intelligence des situations.

Lire la suite

culture&sens dans Le Monde Economie

Depuis une petite poignée d’années, les entreprises sont la cible d’une nouvelle vague de prestataires qui parient sur la culture . « Beatles ou Rolling Stones ? », « Comment Proust peut changer votre vie ? »…, les thèmes proposés aux salariés par culture&sens, par exemple, peuvent paraître insolites au regard des enjeux traditionnels de rentabilité et de productivité de l’entreprise. S’agit-il d’une simple volonté de divertir le personnel, de manager autrement, ou d’élargir l’horizon de leur formation ?

Lire la suite

Au-delà des prérequis techniques fondamentaux qui ne sont plus suffisants, les entreprises font appel à la créativité de leurs salariés et fournisseurs. Or les formations suivies par les managers ne leur ont donné que peu d’outils pour développer leur sens de la création. Une solution : s’ouvrir à la culture et à l’art.

Lire la suite

culture&sens dans Les Echos

Etre cultivé aide à diriger une entreprise

Selon l’auteur de cet article si « la culture générale intervient peu dans le pilotage direct et quotidien d’une entreprise et qu’elle ne constitue pas non plus un critère d’évaluation des salariés », elle joue néanmoins « un rôle crucial en entreprise dans le renforcement du lien entre action et réflexion« . Elle favorise en effet le raisonnement par analogie, la mise en perspective de problématiques et leur confrontation aux grands débats d’idée. Est-il nécessaire qu’un manager soit cultivé ? Six grands patrons français réunis en table ronde par l’Institut de l’Entreprise (Henri de Castries, Bertrand Collomb, Denis Kessler, Michel Pébereau, Louis Schweitzer et Yazid Sabeg) ont réfléchi à la question. Selon eux, la culture générale et les acquis fournis par les formations initiales sont d’un importance capitale pour instiller du sens dans le travail et prendre de la hauteur de vues.

Lire la suite