Architecture


Paris ne s’est pas faite en un jour ! Du Moyen-Age au Grand Paris, au gré des rois, empereurs, présidents… la capitale s’est façonnée pour acquérir cette forme urbaine spécifique avec ses avantages et ses inconvénients. A l’heure ou l’actualité nous proposer de découvrir le Paris de demain, il est important de se questionner sur les différentes évolutions urbaines de Paris. Au cours des XXème et XXIème siècles, Paris n’a eu de cesse de se réinventer et pourtant, entre La Renaissance, les travaux d’Haussmann, les Modernes et aujourd’hui que reste-t-il de ces opérations qui ont radicalement repensé notre capitale ? En effet, contrairement à une idée reçue, Paris se réinvente ambitieusement régulièrement, et ce depuis Philippe Auguste. Sans remonter jusqu’au Moyen-Age les projets d’envergure pour la ville sont nombreux, et chacun porte un projet, un vocabulaire affichant ses ambitions clairement et laissant un héritage visible sur la ville d’aujourd’hui.

Lire la suite

À la découverte du XIIIème chez Ivanhoé Cambridge

Nous avons réalisé une très belle intervention chez Ivanhoé Cambridge sur le XIIIème arrondissement. Ce fond d’investissement québécois spécialisé dans l’immobilier est une filiale de la Caisse des Dépôt et Placement du Québec. C’est un acteur majeur du secteur. Son siège social pour l’Europe est basé à Paris.

Lire la suite

Compris entre la Seine et le faisceau ferroviaire de la gare d’Austerlitz, le nouveau quartier de la Rive Gauche dans le XIIIème arrondissement transforme ambitieusement un ancien site industriel en un exemple remarquable de développement urbain à Paris. Cette zone d’aménagement concerté (ZAC) qui s’étend sur plus de 130 hectares, représente la plus grande opération de réaménagement depuis les Grands Travaux entrepris par le Baron Haussmann à la fin du XIXème siècle. Cette opération prône une mixité urbaine traduite par l’implantation de bâtiments aux fonctions diversifiées dans un même périmètre, tout en valorisant et habilitant l’architecture industrielle existante.

Lire la suite

Au départ, il n’y avait pas de ville sur ce haut plateau au centre du Brésil, mais seulement le « cerrado », la savane, qui couvrait tout. Dès les années 1920, naît le projet d’y installer une nouvelle capitale pour le Brésil, capitale administrative qui rééquilibrerait le peuplement vers le centre du pays. Le projet est réalisé par le président Juselino Kubitschek qui lance la construction de Brasilia en 1956. Il veut une capitale construite sur un plan idéal et qu’elle reflète le rêve d’un État bien gouverné. Pour réaliser ce grand projet, il fait appel à un tandem qu’il connaît bien et avec qui il a souvent travaillé quand il était maire de Belo Horizonte : Lucio Costa, urbaniste et Oscar Niemeyer, architecte. Le premier va principalement concevoir les plans de la ville, le second va dessiner la plupart de ses édifices monumentaux.

Lire la suite

Le Bauhaus, c’est quoi ?

Au sens premier, le Bauhaus est une école née en Allemagne au lendemain de la Première Guerre mondiale, lors de la naissance de la République de Weimar : à l’instigation d’Henry van de Velde, peintre, architecte et décorateur belge et de Walter Gropius, architecte et designer allemand, l’école des arts décoratifs et l’académie des beaux-arts de Weimar sont réunies en une seule école qui prend pour nom “Bauhaus”.

Lire la suite

“Grand Paris”, “Paris Métropole”, “Région Capitale”. Nombreux sont les termes et expressions qui désignent les ambitieux projets censés dessiner le nouveau visage de Paris dans les décennies à venir. Si la concurrence politique suscite une forme de surenchère autour de la rénovation de la capitale, l’aménagement et la modernisation de la ville intra-muros se heurte à un mouvement de fond qui rejoint lui-même une question économique fondamentale : dans la mesure où le tourisme patrimonial est sur le point de prendre la première place au sein des activités “productives” parisiennes, est-il envisageable que Paris se transforme progressivement en un immense musée ?

Lire la suite

En France, après la seconde guerre mondiale, les jardins ont été voués à l’abandon, contrairement à ce qui s’est fait en Angleterre par exemple. Ce n’est qu’à partir des années 8o qu’une prise de conscience va permettre de restaurer et sauvegarder ce patrimoine remarquable. Aujourd’hui, les jardins sont à la mode. Le tourisme en fait un produit phare. L’événementiel prolifère. Les municipalités concourent pour “la troisième fleur”. Les journées des plantes ont un vif succès. Nos paysagistes osent dans la création et l’expérimentation. A l’ère des satellites et de la mondialisation, Gilles Clément, philosophe et paysagiste, milite pour la notion de “jardin planétaire” qui consiste à envisager la diversité et le rôle gestionnaire de l’homme face à cette diversité.

Lire la suite

Que l’on s’intéresse à l’architecture ou pas, on connaît forcément le nom de Jean Nouvel. Avec Christian de Portzamparc, Dominique Perrault et quelques autres, il est l’un des plus célèbres architectes français et le deuxième à obtenir le Pritzker (“Nobel” de l’architecture). À la tête d’une agence de plus de 150 personnes, il construit aujourd’hui, tout autour du monde, musées, centres de congrès, hôtels ou tours géantes. S’il est devenu “starchitecte”, c’est au terme d’un parcours hors du commun et de bientôt quarante années de projets, de chantiers et d’engagements.

Lire la suite

La fréquence et l’intensité des débats et des polémiques suscités par l’architecture contemporaine pourraient occulter le fait que ces querelles sont bien plus anciennes qu’on ne le croit et qu’elles remontent sans doute… aux origines de l’architecture, ou presque, tant l’art de bâtir s’est tout de suite distingué des autres champs d’expression artistique par son caractère permanent. La pierre a souvent mieux résisté au temps que la peinture ou la sculpture, par exemple, et ceux qui, dès l’Antiquité, ordonnaient la construction d’un bâtiment avaient souvent la volonté de l’inscrire dans un paysage pour l’éternité. Il ne faut pas oublier non plus que ces constructions prestigieuses, destinées à conserver et à afficher la mémoire d’un roi ou d’une communauté (ville, corporation, ou plus tard ordre religieux), sont toujours le reflet d’une histoire, d’une idéologie que l’architecte doit traduire dans les pierres. Les oeuvres de l’architecture dignes de transmettre le souvenir aux générations futures seront d’ailleurs appelées monuments (du latin “monere”, avertir, commémorer).

Lire la suite

Le devenir architectural du Paris historique, c’est-à-dire la part urbaine située à l’intérieur du boulevard périphérique, suscite depuis quelques années de nouvelles controverses. La possibilité de rebâtir – et donc de détruire massivement – des édifices anciens au sein même d’une limite intra-muros qui n’a pas été étendue depuis 1860 représente un des principaux enjeux des futurs “Grand Paris” proposés pour une capitale qui souhaiterait rester internationale. Ces tergiversations urbanistiques invitent à reconsidérer la formation historique du visage architectural d’un bâti parisien surtout marqué par le XIXe siècle. Il faut en effet attendre les révolutions politiques et industrielles de ce siècle-là pour voir Paris se transformer en capitale européenne, héritière d’une centralité administrative devenue proverbiale.
La croissance du tissu urbain parisien repose sur trois grandes pulsations chronologiques : le XIIIe siècle, le XVIIe siècle et le XIXe siècle. La Lutèce antique n’était qu’un relais, un pont routier pour traverser la Seine du Nord au Sud.

Lire la suite