Les Diaboliques de Maldormé

En 1906, dans un climat de revanche politique et de réglement de compte personnel, un homme est retrouvé pendu, et l’accusée principale se suicide dans sa cellule…

Marseille, été 1906. Panique à l’anse de Maldormé, dans le quartier de Malmousque : Le Notaire Théophile Deshôtels est retrouvé pendu à l’espagnolette de la fenêtre de sa chambre. Raoul Signoret, en chasse d’informations pour la rubrique judiciaire du Petit Provençal, se lance à corps perdu dans l’enquête, avec l’aide de son fidèle oncle Eugène chef de la police, et de Placide Boucard, ancien reporter. Tout semble accuser la gouvernante, Lislotte Ullman, une femme froide peu appréciée du fils de la victime. En dépit des efforts de l’avocat Bernard Pignet, ami d’enfance de Raoul, « La Bochesse » est condamnée par la cour d’assises à 20 ans de réclusion. A la joie des riverains, qui comptent bien désormais se concentrer sur l’étape marseillaise du Tour de France… Mais Raoul est persuadé de son innocence et, le jour où la pauvre femme se suicide dans sa cellule, laissant un petit orphelin, il se lance dans une périlleuse enquête. Heureusement Cécile est là pour jouer les infirmières espionnes, et Eugène pour l’empêcher de se battre en duel…

Les Diaboliques de Maldormé de Jean Contrucci, Ed. JC Lattès



» A lire également dans même catégorie :

Déposer un commentaire